C’est en regardant l’émission « Sans aucun doute » que j’ai pris connaissance de ce jeu. Et la, ça m’a fait un choc ! Je venais de réaliser que j’avais été non pas acteur, mais spectateur de ce jeu ! J’aimerais vous raconter comment cela s’est passé. C’était en mars 1991, j’avais 17 ans. Avec mon collège, nous étions partis en classe de neige à Valloire. Nous étions dimanche, et comme il n’y avait pas classe ni ski nous avions le choix entre rester dans nos chambres, regarder un film, faire des activités sportives ou sortir en ville. Tous mes camarades de chambres et moi-même avions décidé de rester dans nos chambres. Nous parlions des sensations grisantes que nous apportait le ski.L’un de mes camarades de chambre nous a expliqué qu’il connaissait une autre pratique grisante elle aussi. Il a proposé de nous montrer : après avoir pris quelques profondes respirations, il a demandé à un de mes camarades de lui comprimer la carotide avec ses pouces. Il a bien précisé que lorsqu’il tapera sur ses jambes, c’est qu’il fallait arrêter. Nous regardions donc notre camarade faire et au bout d’un moment il se mis à taper sur ses jambes, doucement et de plus en plus vite. Lorsque mon camarade qui lui comprimait les vein le lâcha, il perdit l’équilibre, mais il réussit à se ressaisir. Il se coucha néanmoins sur un lit de longues minutes car la tête lui tournait. Il nous a expliqué que quand il a tapé sur ses jambes, il voulait taper vite, mais il n’a pu le faire que progressivement, il était déjà en train de partir… Il s’agissait donc bien du jeu du foulard, mais mon camarade n’avait employé aucun nom. il a seulement dit que c’était une technique qui provoquait des hallucinations et qui donnait une étrange sensation. Il nous avait quand même mis en garde contre ces pratiques car il savait que cela pouvait provoquer le coma et même la mort. Mais il faut savoir s’arrêter au bon moment, disait-il. Il a proposé de le faire plus tard aux camarade qui le désiraient. Moi j’ai refusé. Je ne les ai jamais vu refaire cela ni même en parler. Ayant travaillé deux ans dans le milieu scolaire, j’aimerais aussi vous signaler un autre jeu tout aussi stupide qui sévit dans les cours de récréation. Comme le jeu du foulard, il possède plusieurs noms aussi : le jeu de la carte à puce, le jeu du distributeur, le jeu du terminal… Ce jeu consiste à bloquer une fille portant une jupe dans un coin de la cour ou dans les toilettes. A plusieurs, il lui baissent la culotte et introduisent divers objets dans le sexe, le plus souvent des cartes à puce (d’où le nom). Contrairement au jeu du foulard, ce jeu n’entraîne pas la mort, mais ses victimes en restent choquées. Le pire, c’est que les victimes de ce jeu n’en parlent pas car auprès des adolescents, les filles portant des jupes sont considérées comme des « filles faciles » qui ne cherchent qu’à aguicher les garçons. Récemment, un adolescente victime de ce jeu en juin dernier a parlé, et ses agresseurs ont été poursuivis pour viol en réunion. Une bonne chose qui pourrait enrayer le phénomène.

Les commentaires sont fermés.